Bienvenue à CLANSAYES
En Drôme Provençale
 
  • Accueil
  • Vivre à Clansayes
  • Un peu d'histoire

Un peu d'histoire

Clansayes est une commune rurale de 1450 ha du Sud du Département de la Drôme située dans la région du Tricastin, en bordure de la Vallée du Rhône, au pied des reliefs. Sa population est en 2015 de 580 habitants.

On accède à Clansayes par la route RD 133, qui mène du Nord au Sud, par le "Col de la Justice", de Valaurie à Saint-Paul-Trois-Châteaux, longeant des collines tourmentées, ravinées, offrant une gamme surprenante de couleurs, des grès rouges et ocres, aux marnes gris bleu.
Le territoire de Clansayes se caractérise par des paysages diversifiés de grande richesse: plaine fertile, vallons encaissés verdoyants, falaises abruptes, collines boisée, plateaux et garrigues provençales.
Le village est perché sur un piton rocheux autrefois fortifié. On y accède par la route remarquable des contreforts du Tricastin. Naturalistes, géologues et historiens se sont plu à étudier et admirer ce village étrange. C'est grâce aux nombreux fossiles qui parsèment son territoire que Clansayes est connu des géologues du monde entier, car il a donné son nom à un étage de l'ère secondaire: le Clansayésien.

Clansayes est bâti en amphithéâtre sur le versant méridional, sculpté par l'érosion et les vents. Dominé par une imposante tour surmontée d'une Vierge et au pied de laquelle se blottissent l'église Saint Michel et le village restauré et habité, agrippé au sol rocheux.
Depuis le pied de la tour, on peut observer la riche vallée du Rhône, le village voisin de la Garde Adhémar, au loin, le site nucléaire du Tricastin.
Tout près, en direction de Saint-Paul-Trois-Châteaux, sur un autre piton rocheux, se dresse la chapelle de Toronne qui nous rappelle la Commanderie des Chevaliers Hospitaliers.

Le plateau de Clansayes est occupé depuis l’époque préhistorique et de nombreux vestiges attestent ces 10 000 ans de présence humaine.

L’époque préhistorique

Au début du néolithique (10 000 ans av.JC ), des tribus deviennent sédentaires et s’installent sur le plateau du Rouergue où l’on trouve des traces de murs en pierres sèches.
Il nous reste également des mégalithes : dans le vallon des Alyssas, les jumelles du Rozet sont composées de deux disques de pierre de 8 m de diamètre posés verticalement accompagnés de bassins et de tombes. La roche percée (dite boucle d’oreille de Gargantua) est un cube de 6 m par 6m percé en son sommet et comportant de nombreuses cupules.

Le village lui-même était habité dès l’époque du bronze comme en témoignent les restes de couloirs ou d’escaliers et surtout « la salle aux trois niches » qui pourrait être un lieu de culte, taillée dans la roche à l’andouiller de cerf.

 

L’occupation Celto-Ligure et Gallo-romaine

Descendants des populations du néolithique, des Ligures occupèrent le plateau de Clansayes: ils utilisaient le cuivre, puis le bronze. Entre -800 et -400 av.JC, les Celtes, porteurs d'armes en fer, arrivent en Provence et s'y établissent. Cette peuplade Celto-Ligures des Tricastini va construire sur les hauteurs des lieux de refuge fortifiés (oppida) et donner son nom au territoire où se trouve Clansayes.

L'époque de la conquête romaine va voir la réorganisation du territoire, mais les cultes et coutumes vont rester, même si l'on apprend à vivre à la romaine.

Au 1er siècle de notre ère, c'est la fondation d'Augustatricastinorum (St Paul-trois-Châteaux): Clansayes abrita cinq villae rusticae à l’emplacement desquelles on a trouvé des restes de tegulae, de briques et des petits bronzes.

 

La naissance de Clansayes et l'époque médiévale

Les traces de ce qui fut sans doute le premier village sont visibles derrière le cimetière et en contrebas du rempart: ce sont des habitations de type semi-rupestres, creusées dans la roche, avec banquettes et trous de poutre.

En 1023, le nom de CLANSAYES est écrit sur une charte de l’abbaye de Cluny et le 04 août 1164 une donation aux templiers est signée à « Clarencaias » avec comme témoin Ugo sacerdos de Clarencaias.
Il est question dès 1233 du château de Clansayes dans le cartulaire de St Paul-Trois-Châteaux. C’est à partir du XII°siècle que seront édifiés le donjon et l’église romane. Le donjon est entouré d’une douve sèche où restent encore les traces du pont-levis.

Les voies à ornières et alvéoles visibles sur le plateau sont probablement les traces du transport des pierres entre les carrières et le site de construction.

029

 

Les guerres de religion à Clansayes

Durant les guerres de religions, Clansayes est assiégé et pris au moins deux fois par les troupes protestantes du Duc de Lesdiguières. A Noël 1561 les Huguenots de Saint Paul Trois Châteaux pillent la cathédrale et abattent toutes les croix de la région dont celles de Clansayes.

Un tremblement de terre destructeur

En juin 1772, Clansayes est l’épicentre d’un tremblement de terre qui dura jusqu’en février 1773. Louis XV envoie sur place le savant FAUJAS DE ST FOND qui note toutes les secousses, jours, heures, intensité…C’est un des premiers séismes qui est étudié. Le village est interdit durant 10 ans et seules resteront debout deux tours et l’église.

Ruines des remparts

 

La renaissance du village

Au 19°siècle, les maisons sont rebâties, comme l’atteste le cadastre de 1810, puis le village s’éteint à nouveau après la guerre de 1914.Vers 1970, le village renaît peu à peu, les ruines se redressent ou sont abattues. En 2002 la mairie est restaurée et la place du village prend le nom de Bertrand de Clansayes (évêque-comte de Saint-Paul-Trois-Châteaux, qui participa au concile de Lyon en 1274, et fit un pèlerinage à Jérusalem).

 

Le donjon

Le donjon, commencé au XII ème siècle, est le seul dont le maitre d’œuvre ait conçu, en partant d’une tour carrée, un chemin de ronde octogonal en s’appuyant sur des arcs en plein cintre (roman) reposant par des culots à deux pans sur les contreforts d’un  côté et de l’autre sur des sifflets d’angles sur les arêtes  de la tour. En 1555, Gaucher Adhémar dans un inventaire cite « une tour à 4 étages ». En 1686 le comte François de Grignan, seigneur de Clansayes déclare posséder une tour lui servant de prison. L’abbé Monier, en 1853 avec ses paroissiens décide d’édifier une statue à la vierge sur le donjon, sculptée par 2 moines d’Aiguebelle et, en 1858, une chapelle Notre Dame de la tour y est consacrée.   en savoir plus >>>

Donjon2

 

La tour à bossage Vestige de l'enceinte médiévale qui clôturait le village, cette tour carrée est postérieure au donjon.   en savoir plus >>>

L’église  L’église romane est du XII°siècle. En 1644, lors d’une visite à Clansayes de l’évêque François Adhémar de Monteil, celui-ci accepte la construction des deux chapelles de l’église.      en savoir plus >>>

Porte église 25 06 15

Toronne   Vers la fin du XII ème siècle, la colline de Toronne devient la propriété de l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Ils y construisent une petite commanderie et une chapelle.     en savoir plus >>>

chapelle

 

Pour en savoir encore plus >>>  brochure "Clansayes au fil du temps" (décembre 2018)    

En vente 12€ à la Mairie ou auprès de l'association "Vivre à Clansayes"